Partagez | 
 

 Valentin Dostoïevski ---> Dito Ulanov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Habitant d'Azarov
avatar
Valentin Dostoïevski
Habitant d'Azarov
Messages : 59
Date d'inscription : 19/03/2012

Fiche de l'habitant
Âge: 33 ans
Taille: 2 mètre
Compte contact:

MessageSujet: Valentin Dostoïevski ---> Dito Ulanov   Lun 19 Mar - 20:30

Valentin Dostoïevski


▌  Identité:Valentin Dostoïevski
Surnom: crazy dog
Identité de Muse: PRÉNOM ICI Ilaïevitch
Âge : 33 ans
Anniversaire: le16 mai
Origine: Russe

Langue: il parle Russe  et  comprend l’anglais, l’arménien, l’ukrainien et l’arabe
Métier: en tireur d’élite et spécialisé dans les morts discrètes!
Groupe:La famille Ilaïev
Taille: 2 mètre
Poids: 100 kilo



    Feat: Sataka Gintoki  
    Gintama


DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE :

 
Valentin est un homme construit de paradoxes. Il est indéniablement difficile à comprendre. Il m’est fort difficile de saisir entièrement sa personne. Cependant, je vais tâcher de peindre son portrait le mieux possible!

Sa formation et son métier actuel ont aidé à façonner l’homme qu’il est actuellement. Un homme glacial qui ne s’encombre aucunement de sentiments superflus. Lors des montées d’adrénaline, il ne perdra jamais son sang-froid. Il aime son métier et cela se voit dans son regard légèrement fou et son sourire malsain qu’il ose parfois afficher. Mais ne vous inquiétez pas si aucun ordre ne lui dicte votre perte, il ne fera rien. À cheval sur la discipline, il n’ira jamais à l’encontre de son supérieur. Vous allez me dire que c’est stupide! Et s’il prend les mauvaises décisions? Valentin se moque de cela, une fois qu’il a fait le choix de rentrer sous les ordres de quelqu’un c’est jusqu’à la mort… sauf si quelqu’un arrive à le convaincre de passer dans son camp… Mais attention, ce ne sera pas avec de l’argent, sinon cela serait trop simple!

Notre homme possède un certain perfectionnisme, surtout dans son travail, c’est d’ailleurs pour cela qu’il préfère les morts les plus propres. Je l’ai déjà entendu qualifier son travail de spectacle dont il est le metteur en scène. D’ailleurs, je cite ces propos « Il y a que des bons et de mauvais metteurs en scène dans un assassinat, il suffit que de choisir son camp… » Il ne se qualifie pas de personne intellectuelle, mais il aime particulièrement assister aux répétitions de spectacle surtout pour observer le metteur en scène s’activer devant la scène. Il aime y faire des comparaisons avec son boulot. Pour lui, commettre un meurtre est simplement une mise en scène qu’il doit concevoir pour satisfaire un public. Il réfléchira à tout pour commettre le meurtre le plus parfait possible.

Trouvant que son physique lui attire assez l’attention, il est plutôt silencieux, discret et solitaire. D’ailleurs, il préfère largement la compagnie des fleurs à celle des hommes. Il se rappellera toujours de la phrase qu’il sortit à sa mère, alors âgé de 7 années : « Plus tard ze serais un monsieur qui fait pousser les plantes! »Ah la naïveté enfantine… mais ce rêve d’enfant est resté. Ayant la main verte il aime passer des heures dans le jardin du manoir à s’occuper des plantes.

Si vous faites bien attention, vous remarquerez que lorsque la nuit s’approche, Valentin a tendance à être légèrement plus ouvert, plus chaleureux… il part seulement en chasse! D’un certain égoïsme, il fera tout pour se satisfaire. Or, notre ancien militaire ne peut plus dormir seul sans faire des insomnies, des cauchemars des plus horribles ou bien des périodes de somnambulismes qui peuvent s’avérer dangereux pour lui… Il arrive donc à mentir sur sa véritable nature pour avoir des relations d’une nuit. Jamais plus, Valentin a horreur d’avoir une quelconque relation intime. Il considère que son métier est fait pour qu’il reste seul. Il a fait son choix de vie et il ne veut pas l’imposer à qui conque.

Ne riez pas, car tout est vrai! Valentin adore les humoristes, surtout depuis qu’il a appris que rire allongeait votre espérance de vie! Ne me demandez pas pourquoi, mais cet homme a une fixation sur l’espérance de vie. Il boit plus, il fume plus seulement parce qu’il sait que cela nuit à sa santé… Enfin, bref revenons à sa passion pour le rire. Car oui c’est une véritable passion, lorsqu’il peut, il part à la recherche d’humoristes pour le cabaret, car il trouve qu’il manque cruellement de gens compétents dans ce domaine. En parlant du cabaret, il y traine rarement, seulement pour les spectacles, il préfère chasser la gente féminine même s’il lui est déjà arrivé en dernier recours d’attraper un homme dans ses filets. Mais même dans ce cas-là, il préfère aller ailleurs, préférant être associé à sa famille uniquement par le boulot.

Oh! Venant au sujet qui fâche, surtout ne jamais lui parler de la famille Ilaeïv. Depuis son enfance il a entretenu une haine subtile à l’instar de sa famille du côté de sa mère… quoiqu’il ne l’apprécie pas non plus du côté de son père… Valentin n’est pas vraiment famille. Il supporte sa mère, refuse de voir son père et il me faudrait bien des heures pour vous parler de sa relation avec son petit frère et je ne parle pas de ses cousins…


DESCRIPTION PHYSIQUE:

 
Un colosse, voilà comme au premier coup d’œil on pourrait le qualifier. Du haut de ces deux mètres Valentin, en impose. La masse musculaire qu’il a dû acquérir au cours de ses divers entrainements rajoute cet effet d’intimidation.

On ne peut pas dire que Valentin soit beau avec ses cheveux mal coupés, sa cicatrice sur son œil droit, ses larges épaules… Mais il possède un certain charisme. Il vous sera difficile de vous détacher de cet homme une fois pris dans ces filets. En particulier son regard de braise si particulier. Ses yeux sont de couleurs différentes. L’œil gauche est d’un marron foncé des plus normal, mais son droit s’est éclairci, tirant vers l'ocre, après avoir subi une opération. Il voit parfaitement bien ne vous inquiétez pas, c’est juste la coloration de sa pupille qui a été détériorée au cours de son opération. Ses lèvres charnues affichent constamment un sourire qui illumine son visage d’une étrange clarté. Sa peau est à quelques endroits légèrement brulée, notamment au niveau de sa cicatrice au visage.

Continuons sur ses petits défauts, son bras gauche possède lui aussi une vilaine balafre et n’a plus aucune sensation au niveau de la main de ce même bras. Ce détail peut expliquer pourquoi cette main est rongée par diverse mutilation alors que sa main droite est presque vierge d’actes de vandalisme corporels.

Valentin aime être propre sur lui aussi, il ne porte quasiment que des costards cravates. Sauf pour jardiner ou là il ose sortir en salopette, mais cela reste rare.

AUTRES INFORMATIONS & MOTIVATIONS :


  • Il pratique le Sambo. Un art martial russe, longtemps employé par l’armée russe avant d’être rendu public. C’est un mélange de Judo et de lutte.
  • Pour l’élimination à longue portée de ces cibles et lorsque la famille a besoin de Snipers, Valentin aime employer le M17 américain, il peut atteindre sa cible jusqu’à 2 500 mètres dans les meilleures conditions.
  • Valentin ne l’avouera jamais, il est drogué à la morphine, il en a toujours sur lui et s’il se retrouve en panne de Morphine, il est capable de folie pour en avoir.
  • Ses motivations sont pour l’instant inconnues. Moi-même, le connaissant assez bien depuis le temps que je le côtoie, je ne sais pas très bien pourquoi il a décidé de revenir chez sa famille et surtout pourquoi il travaille pour elle!


BIOGRAPHIE:

-Mariage de Maria Ilaeïv et de Igor Dostoïevski à l’Eglise d’ Azarov –

Brouhaha.

On arrive à la porte d’une église. Porte massive, en bois de sapin.

Obscurité. La lumière revient petit à petit cependant l’image reste sombre, l’intérieur n’est éclairé que par les bougies. Intérieur simple, des murs épais, de simple arc en plein centre. Une église sans transept, à nef unique. Des bancs sont alignés, des gens sont déjà assis, parlant bruyamment… En face du portail d’entrée, l’abside magnifiquement décorée pour l’occasion.

On avance vers la chapelle. Un tapis rouge a été installé. Il est d’une belle couleur pourpre. Quelqu’un nous interpelle. On se retourne. L’image devient floue. Mise au point. Un vieux gaillard, grand sourire, nous fait un signe de la main. La veste à l’allure chic du vieux aux cheveux blancs s’approche. Gros plan sur sa pochette. Accolade. Bruissement de vêtement. Le bois du banc d’en face à l’air nickel. Vue idéal sur l’autel. Un homme entre deux âges est planté devant l’autel. Il s’essuie les mains toutes les deux minutes sur son pantalon. Un autre homme en uniforme militaire vient lui chuchoter quelques mots à l’oreille. L’homme aux tiques leva ses lèvres, lui montrant un tout petit sourire. Il se calma.
Musique de mariage russe.

La porte d’entrée s’ouvre. Tout le monde se retourne à l’unisson. Une belle femme en robe de mariée est accrochée au bras d’un vieil homme au regard sévère, dur et froid. Doucement, mais surement, ils s’avancent vers l’autel. Tout le monde les suit du regard. Cadrage sur l’homme au tic. Il a l’air de plus en plus nerveux, mais regarde en direction de la mariée avec une certaine tendresse.

La mariée se détache de son père pour aller retrouver son amoureux.

Petite accélération de la vidéo.

Le prêtre demande la phrase fatidique :  — Monsieur Igor  Dostoïevski voulait vous épouser cette femme?
— oui je le veux!
— Mlle Maria Ilaeïv voulait vous épouser cet homme?
— oui je le veux…
La vidéo se coupe. Image noire.

-garde à vous-

Comment vous parler de sa vie avant notre rencontre? C’est bien là un exercice difficile, car c’est un homme bien silencieux. Je sais qu’il vécut assez mal sa grande taille et qu’il était accès sur les poings en cours de récréation. Mais il se calma bien vite… il faut dire que son père l’effrayé légèrement et il ne voulait pas inquiéter sa mère. Il avait une mère assez fragile. Physiquement elle allait très bien! Elle va toujours très bien! Mais moralement, ce n’était pas trop ça. Le rejet de ces propres frères l’avait grandement chagrinée. Elle pouvait s’enfermer des heures dans une pièce sans lumière, sans voir personne. Elle s’était même résignée à prendre des antidépresseurs, des somnifères. Valentin voyait sa mère devenir chaque jour un peu plus azimuté par les médicaments et son père qui ne disait rien, ne bougeant pas le petit doigt pour sortir sa mère de cet enfer.

J’ai trop peu d’information jusqu’à ces dix ans pour pouvoir vous en parler sans avoir peur d’oublier ou de transformer un élément. Tout ce que je peux vous affirmer c’est qu'il grandit dans une atmosphère sombre et une discipline assez dure. Possédant un père militaire, colonel de surcroits, il connut très tôt la discipline militaire. Lorsqu’il arriva au collège, il connaissait déjà la base de la discipline militaire.

S’il y a un évènement marquant qu’il m’a raconté. Il se déroula juste avant son départ. La maison connut un heureux évènement. Maria, la mère de Valentin connut son deuxième accouchement. Et heureuse nouvelle se fut un fils. Mon ami eut trop peu de temps pour connaître ce fameux frère. Il avait pu graver ça petite bouille de poupon, mais c’était là, le seul souvenir qu’il garda de son frère. C’est à l’âge de dix — onze ans qu’on se retrouva dans un collège interna destiné au garçon de militaire. Mon père était aussi colonel, on se retrouva dans la même chambre. Le respect de l’ordre était de mise et le silence une règle d’or. Aucun pas sur le côté, aucun mot de trop. Aucun débordement… si on ne respectait pas cela, nos instituteurs s’empressaient dans un certain sadisme de nous corriger.

Valentin accepta ce règlement sans rechigner alors que la moitié de nos camarades s’étaient déjà fait battre à coup de bâton dans la neige pour avoir osé protester.

Comme tout le monde, il appelait souvent chez lui. Je crois qu’il parlait avec sa mère. Le fait qu’il ne s’endentait pas très bien avec son père commença à cette époque la…ou un peut avant, que sais-je! il me racontait que sa mère lui racontait des merveilles à propos de son petit frère, qu’elle avait hâte qu’il revienne pour les vacances afin qu’il puisse le voir.

Il ne retourna pas chez lui pendant les vacances. Quand je lui demandais pourquoi, il haussait seulement les épaules en disant que les stages étaient bien plus importants. Je ne cherchais pas plus loin…
Vers nos 16 ans nous rentrâmes dans le Corps des cadets Saint-Georges de Moscou. Cette section permettait de préparer les jeunes au métier de soldat. La Russie possède toujours le service militaire obligatoire, mais cela n’empêche pas que de jeunes gens sont préparés très tôt à protéger leur pays, à mourir pour lui et sur ceux pendant toute leur vie ou presque! Et pour cela je peux dire que Valentin était un bon soldat. Entrainement intensif, apprentissage des stratégies russes, quelque notion des langues appartenant aux pays où on trouve nos bases… brèves, j’avais l’impression qu’il fessait tout pour satisfaire son père, pour qu’il soit fier de lui. Pourtant il ne voulait toujours pas lui parler. Il m’a sorti la vieille réplique que tous les enfants qui détestent un de leurs parents sortent : « j’en ai marre qu’il commande ma vie… » Pourtant il reste dans la carrière que son père lui a ordonné de faire.

Ces années-là de notre vie, furent terriblement difficiles. Lisez les articles sur l’armée russe et vous comprendrez! Enfin dans notre malheur, nous pouvons dire que nous avons eu de la chance d’être enfants soldat baignés dans ce monde depuis notre tendre jeunesse, c’était plutôt nous qui pratiquons les bizutages des nouveaux arrivants, nous connaissons les bonnes techniques pour rendre les entrainements moins durs. Mais cela ne nous a pas empêchés d’assister à la mort de plusieurs de nos compagnons.

À 20 ans nous étions tous deux assignés à des districts différents. Valentin fut envoyé en Sibérie. Comme si en Russie il ne fessait pas assez froid. Mais ce n’était que pour deux mois. À tient d’ailleurs j’ai sa fiche de certification.

Spoiler:
 

Après on s’est séparé et je n’ai malheureusement plus eu de nouvelle. Je ne sais même pas s’il est resté dans l’armée.

La dernière lettre qu’il m’a envoyée c’est lorsqu’il était au Soudan. J’appris juste qu’il avait eu un fils avec une femme de passage.  Qu’il espérait qu’il aurait une vie tranquille, mais que c’était tout. Leur lien s’arrêtait là. Après plus rien… j’espère que vous trouverez plus ample information ailleurs. Et si vous le retrouvez, passez-lui le bonjour de ma part!

-renaissance-

Cela fait deux mois que nous avons un patient en soins intensifs. Un soldat de l’armée russe. Suite à une explosion. Des bouts de verre se sont incrustés dans son bras gauche causant des dégâts sur ses muscles. Son œil droit a aussi était touché dans l’explosion. Il sera certainement nécessaire de pratiquer une chirurgie afin qu’il retrouve l’état partiel de son œil. Après des tests nous pouvons affirmer que son audition a été partiellement touchée et qu’il la retrouvera entièrement avec le temps. Nous ne pouvons pas encore faire de test psychologique, mais à ce jour nous affirmons que le soldat Valentin Dostoïevski peut rentrer en Russie et prendre congé de sa statue de soldat n’étant plus apte à combattre.

-Rapport du médecin général de l’hôpital militaire d’Ukraine –

Le voilà de retour sur sa terre natale. Il ne s’arrêta pas chez lui. Ne voulant pas monter son visage à sa mère et il ne voulait pas non plus voir ce frère qu’il lui eût écrit deux ou trois lettres. Il n’était pas encore près. Pas encore près, pour connaître cette personne qui avait vécu si différemment dans la même demeure qui l’avait vu naitre. Il partit pour Moscou où il s’installa. Au début, il vécut de sa paye de soldat blessé, mais il se rendit bien compte que cela ne lui suffisait pas pour vivre. Que ce soit matériellement ou mentalement. Alors, qui se sevrés de ces images pas très sympathiques qu’il avait connues dans les pays qu’il avait visités, il apprit qu’il ne pouvait pas vivre sans adrénaline? Il avait besoin de viser quelqu’un, d’établir des plans pour ne faire disparaitre certaine personne… C’est comme cela que le plan de devenir assassin professionnel se consolida.  

Avec plusieurs contacts, il se fit des clients. Son entrainement militaire l’aida à avoir une volonté à toute épreuve et une discipline de fer qui lui permettait de sauver sa peau. Car au début il était juste. En étant militaire, tu pouvais faire autant de bruit que tu voulais, tu étais excusé. Mais maintenant, il était hors la loi, un seul faux pas et c’était derrière les barreaux. Ses handicapés le ralentirent au début, mais au fil du temps il sut s’en accommoder. Son œil était entièrement guéri et ses sensations au bras gauche malgré le fait qu’elles aient disparu ne le dérangèrent pas plus que cela.

Il n’était plus militaire depuis ses 27 ans. Pendant 5 ans il passa de contrat en contrat, s’améliorant un peu plus à chaque fois.

À l’âge de 32 ans, il n’avait tué qu'une quinzaine de personnes. À 32 ans il eut un contrat particulier. On lui demanda d’aller assassiner Mikhaïl Ilaïev. Le chef actuel de sa famille. Il n’hésita pas une seconde. Après tout, cela lui donnerait l’occasion d’en finir avec cette famille. De mettre les points sur les I avec ses sentiments à leurs égards.

Tout se déroulé pour le mieux. Son entrée dans le manoir. Sa prise de repère. Son entrée dans la chambre de Mikhaïl. Il avait tout bien calculé. Une mise en scène parfaite. La seule chose dont il n’avait pas tenu compte c’est sa rencontre avec Mikhaïl. Personne ne sut jamais pourquoi il n’a pas exécuté son contrat si ce n’est lui et le chef de la famille. Qu'est-ce qui s’est passé dans cette chambre ce soir-là? Là est la grande question! En tout cas, cela fait maintenant un an que Valentin est revenu au service de la famille auquel il vouait une certaine animosité. Il devient leur assassin personnel se débarrassant dans le secret le plus total les personnes un peu trop dérangeantes.



▌  Pseudo: Ama'
Age Réel: 20 ans
Découverte du Forum:  je ne sais plus comment je me suis perdu dans ce magnifique forum !
Fréquence d'activité:la même fréquence que Dito et Ryu
Mot à dire: TEXTE ICI
Revenir en haut Aller en bas
http://velvetrose.forum-canada.com/t662-valentin-dostoievski
 

Valentin Dostoïevski ---> Dito Ulanov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Helen Dostoievski ~ Nikolaï Dostoievski ~ Autumn Dostoievski
» Ne frappe surtout pas le visage, c'est trop visible ! [Valentin]
» Pour la St Valentin...Elle l'a quitté !!!
» Un message d'amour pour la Saint Valentin...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cabaret Velvet Rose :: Les douanes d'Azarov :: L'encyclopédie d'Azarov :: Les prédéfinis et PNJ :: PNJ :: Familles Ilaïev-